Accueil Fondation René Cassin Traduire en anglais

Témoignages

 

 

Coralie GERVAISE

Clinicienne 2013-2015

 

 

Ayant découvert les Droits de l’Homme lors d’une année passée à Birmingham dans le cadre du programme Erasmus, j’étais ravie à l’idée de pouvoir approfondir mes connaissances sur le sujet au sein de la Clinique des Droits de l’homme nouvellement créée par la Faculté de droit de Strasbourg et la Fondation René Cassin. Ma promotion de 2013, fut la première à tester cette nouvelle formation pratique de deux années destinée aux étudiants.


La première année me permis de découvrir tous les systèmes de protection des droits de l’Homme et les étudier de manière approfondie. Grace aux divers évènements, séminaires et conférences animé par différents acteurs des droits de l’homme, différents projets ont muri au sein de la Clinique. Pour ma part, j’ai choisi de travailler sur le système régional interaméricain de protection des droits de l’homme, intéressée par l’Amérique latine et les problématiques de droits de l’homme de la région. Avec d’autres cliniciens nous avons décidé d’entreprendre un travail de synthétisation et de traduction en français de la jurisprudence de la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme. Lors de ma deuxième année, nous nous sommes confrontés à la pratique du droit en tant qu’amicus curiae auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.


Par ailleurs, j’ai eu cette opportunité unique offerte par la Clinique de mettre en pratique mes connaissances lors d’un voyage à San José, Costa Rica afin d’y observer le fonctionnement de la Cour interaméricaine J’ai été pendant quelques jours au cœur de la production jurisprudentielle interaméricaine.


La Clinique m’a fait rencontrer des praticiens du monde entier certains avec lesquels je suis toujours en contact, a incontestablement développé mes connaissances des droits de l’homme et surtout m’a fait découvrir les droits de l’homme dans le quotidien des individus, leur réalité pratique. Indéniablement cette expérience fut très positive. J’en tire aujourd’hui tous les bénéfices car cette formation m’a sans aucun doute conduit à mon stage de fin de Master II au sein du Haut-Commissariat pour les Droits de l’homme de l’ONU. Je recommande vivement la Clinique et souhaite aux futurs autres membres le même plaisir intellectuel que j’ai eu.

 

 

 

Louise SEILER
Doctoran
te
Clinicienne (2ème promotion)

 

 

 


Après avoir exercé la profession d’avocat, j’ai décidé de reprendre un cursus universitaire pour me spécialiser en droit de l’Union européenne. Comme tous les praticiens du droit, j’ai été sensibilisée aux systèmes de protection des droits de l’homme. Je souhaitais en maîtriser davantage le fonctionnement et connaître certains aspects auxquels je n’avais pas été confrontée jusqu’à présent. Pour ce faire, je cherchais une formation très axée sur la pratique et les échanges avec des professionnels. C’est cette ouverture que j’ai trouvée au sein de la Clinique des Droits de l’Homme. En plus d’avoir étoffé mes connaissances théoriques, cette année au sein de la Clinique m’a permis de les appliquer immédiatement et d’être impliquée dans des projets concrets, comme la tierce intervention devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme réalisée par la Clinique dans l’affaire Lambert. Les étudiants disposent d’une grande autonomie et sont encouragés à prendre des initiatives, à proposer des projets qu’ils mènent de bout en bout. Les rencontres avec les intervenants lors des séminaires m’ont notamment fait découvrir le travail de certaines ONG, les exigences et contraintes du greffe de la Cour. Je suis aujourd’hui doctorante en droit pénal de l’Union européenne et l’expérience dont j’ai pu bénéficier au sein de la Clinique a, par exemple, enrichi mes réflexions sur les rapports entre le droit de l’Union et la Convention européenne des droits de l’homme. Si je devais revenir à la profession d’avocat, je suis persuadée que les compétences acquises, au sujet des procédures contentieuses devant les différents organes de protection des droits de l’homme, me seraient également très profitables. Mais, avant tout, j’ai eu la satisfaction de faire partie d’une équipe dynamique et volontaire, animée par le même désir de promouvoir les droits de l’homme et d’être utile à ceux qui en assurent la protection.

 

 

Chloé, Fiona, Clémence, Gloria et Marie-Sophie, étudiants chargés de surveiller les activités du Conseil de l’Europe au sein de la clinique des droits de l’homme :

 

 


« Nous avons organisé le jeudi 3 avril 2014 un séminaire dispensé en Français sur « La détention administrative des migrants et la protection des droits fondamentaux » dans le cadre de la clinique des droits de l’homme. Nous avons pensé qu’il était pertinent d’organiser une demi-journée de séminaire sur ce thème pour mettre en lumière les nombreuses sources et normes juridiques appliquées dans ce domaine et ainsi de les confronter à la réalité pratique à laquelle les personnes détenues et professionnels travaillant sur le terrain doivent faire face.
Pour atteindre cet objectif, nous avons invités comme conférenciers des Universitaires Français spécialisés dans ce domaine, des représentants d’Institutions Internationales, Européennes et Nationales (Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Comité pour la prévention de la Torture, le HCR, Commissaire du Conseil de l’Europe pour les droits de l’homme, Médiateur Français) ainsi que des praticiens du droit de « L’ordre de Malte », association travaillant dans des centres de détention en France. Les intervenants ont présenté leurs points de vue personnels sur les différents thèmes abordés lors du séminaire et ont répondu aux questions de l’auditoire.
80 personnes ont participé à ce séminaire (Avocats, Professeurs, Etudiants et personnel des Associations).  Nous vous invitons à lire le rapport intégral du séminaire qui sera bientôt disponible sur le site Web de l’Institut, dans la section « Human Rights Clinic. »

 

 

 

 

Guillaume DARTIGUE
Etu
diant
Clinicien
(1ère promotion)

 

 

Après une Licence et un Master 1 en Droit public à l’Université de Montpellier I, puis un Master 2 en Droit international public et privé, je suis actuellement en Master 2 Droits de l’homme à l’Université de Strasbourg.
J’ai découvert l’IIDH par le Professeur Sébastien Touzé, grâce à qui j’ai pu suivre la 44ème session annuelle d’enseignement portant sur le thème « Religions et droits de l’homme ». Le travail et la finalité de promotion des droits de l’homme ainsi que son rayonnement international font de l’Institut une étape indispensable pour tout juriste souhaitant se spécialiser en droit international des droits de l’homme. Habitant Strasbourg pour les deux prochaines années, j’ai saisi l’opportunité de participer à la Clinique de droit international des droits de l’homme adaptée et intégrée au cursus universitaire sous la forme d’un DU.
Mon inscription revêt une dimension double. La première dimension est personnelle voire intime envisagée comme une formation. C’est une formidable opportunité de spécialisation, par un encadrement pédagogique vecteur d’excellence avec la possibilité d’appliquer des connaissances à des cas concrets. La formation a d’abord une vertu pratique : elle permet d’acquérir une certaine autonomie de travail ainsi qu’une méthode de transmission du droit aux profanes. Surtout, elle assure le développement du sens de la mesure d’une technique juridique et d’une rigueur tant substantielle que procédurale indispensables à la défense des droits de l’homme pour lesquels plus que tout autre droit, la qualité argumentative doit être irréprochable.
Ma démarche est également plus large, et correspond à la perspective de travailler dans une dynamique de groupe, une émulation forte, autour d’une même conception de la pratique des droits de l’homme d’une même mission intrinsèque: la technique et l’expertise juridiques au service de la société civile. A ce titre, la veille juridique, la perspective d’assistance à la tierce intervention et aux conseils ou encore le développement de partenariats sont particulièrement stimulants.
Faire partie de la première promotion de la Clinique, et ainsi contribuer à son développement, est une chance.

Aucun témoignage pour l'instant

 

Voir les autres actus

 

 

 

 

ÉVÉNEMENTS

49ème Session d'été

La 49ème session d'été de la Fondation René Cassin se tiendra du 2 au 20 juillet 2018 à Strasbourg sur le thème
Voir les autres événements

 

Suivez-nous !

 

IIDH - Institut international des droits de l'Homme - Fondation René Cassin sur Facebook IIDH - Institut international des droits de l'Homme - Fondation René Cassin sur Twitter IIDH - Institut international des droits de l'Homme - Fondation René Cassin sur Google+

Newsletter

 

Abonnez-vous à notre newsletter

 

Paiement en ligne

 

S'inscrire / Mon compte