photo groupe

Ngane NDOUR, Magistrat, Président du Tribunal d’Instance de Louga (SENEGAL), Secrétaire chargé de la Justice Pénale Internationale de la Ligue Sénégal

 

Faire un témoignage sur les formations de l’Institut International des Droits de l’Homme est pour moi un exercice exaltant mais difficile.


Exaltant en ce sens qu’elles ont contribué pour la meilleure partie, à l’acquisition de mes connaissances et compétences dans le domaine des droits de l’homme. En 2008, quand je partais à Strasbourg pour la première fois pour participer à la session de Juillet, je n’avais aucune connaissance en droits de l’homme. J’y allais par simple curiosité intellectuelle, étant un amoureux de la formation continue et de la recherche. Mais la qualité des enseignements que j’y ai reçus, la pédagogie et les échanges que j’ai eus avec les autres participants venus de tous les systèmes de justice du monde, m’ont convaincu que la question des droits de l’homme doit intéresser tout à chacun, eu égard surtout, au contexte mondial actuel. Venant d’un pays africain, continent où la situation des droits de l’homme est encore préoccupante, et étant magistrat qui, par conséquent, a un rôle déterminant à jouer dans la protection des droits de l’homme, j’ai décidé de faire mienne cette question.


Aujourd’hui, je participe  à plusieurs activités de promotion des droits de l’homme dans mon pays par le biais de formations dispensées à mes collègues, aux agents de l’Administration pénitentiaire, aux journalistes et chroniqueurs judiciaires, etc….
Un proverbe de chez nous dit : « N’abandonne jamais ce qui a fait de toi un homme ». Appliqué à mes rapports avec l’IIDH, je peux dire qu’il a fait de moi celui que je suis devenu en matière de culture des droits de l’homme. C’est pourquoi après cette session, j’ai encore suivi celles de 2012 à Strasbourg et à Dakar et celle de Février 2015 à Bamako lors de laquelle j’ai d’ailleurs eu le privilège d’être le lauréat.


Je suis sûr que le même témoignage peut être fait par des milliers de personnes dans tous les coins du monde, l’Institut accueillant des participants venus de toute part à Strasbourg, et organisant aussi des sessions délocalisées sur tous les continents. C’est en cela que l’IIDH est un véritable ambassadeur des droits de l’homme dans le monde.


Témoignage difficile en ce que je ne trouve pas les mots adéquats pour exprimer suffisamment mes sentiments. C’est pourquoi je sollicite la clémence des membres de l’Institut en leur demandant toutefois, de garder à l’esprit que le travail abattu par l’Institut en matière de promotion des droits de l’homme dans le monde, ne peut trouver de mots pour être décrit. Il est seulement excellent.