photo groupe
Session 2019

Andrea Liliana Luque Armestar, Avocate péruvienne et Chercheuse, Université Catholique Pontificale du Pérou

 

Je m'appelle Andrea Liliana Luque Armestar, Avocate péruvienne et Chercheuse au sein du Groupe de recherche sur la protection internationale des droits humains et des peuples de l'Université Catholique Pontificale du Pérou. Du 2 au 13 septembre 2019, j'ai eu l'occasion de participer à la troisième session de Buenos Aires en Argentine sur les droits économiques, sociaux, culturels et de l’environnement (DESCE) et le droit international des droits de l'homme. Cette session était composée, d'une part, de cours généraux sur les systèmes de protection des droits de l'homme (universel, interaméricain et européen) et, d'autre part, de cours spécifiques liés au thème d’étude et des sessions pratiques.

Je voudrais, tout d’abord, exprimer ma gratitude envers la Fondation René Cassin - Institut international des droits de l’homme, pour m’avoir permis de participer à cette session qui fut une expérience enrichissante. Je considère que les sessions de formation sont de véritables espaces d’échanges multiculturels offrant une opportunité unique de partager les valeurs et les principes des droits de l’homme. L’étude de ce domaine et de ces thèmes est cruciale car, à travers son analyse, nous pouvons invoquer les DESCE qui sont historiquement relégués au second plan. De la même manière, nous honorons et appliquons les principes consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, tels que la dignité et l’égalité des personnes et des peuples.

Je souhaiterais, ensuite, souligner que la session de Buenos Aires 2019 a été un véritable espace d’apprentissage, d’analyse, d’échange et de dialogue. Cela a été possible grâce à l'expérience et à la qualité des intervenants des cours fondamentaux et spécifiques ainsi que des sessions pratiques. En outre, cela a également été possible grâce à la participation active et à l’intérêt prononcé de mes collègues qui, de par leur expérience professionnelle et académique, ont créé un espace de débat et de réflexion sur les problèmes et les défis liés aux DESCE, dans notre région et dans le monde entier.

Enfin, je souhaiterais ajouter que je suis désormais de retour dans mon pays natal, le Pérou, qui doit faire face à des nombreux défis liés au respect et protection des droits de l’homme, et plus particulièrement des DESCE. Toutefois, la session de Buenos Aires 2019 m'a confirmée que, même si certains contextes sont plus difficiles que d'autres, beaucoup de personnes engagées travaillent pour les droits de l'homme et leur concrétisation dans différents secteurs d’activités.